Protéger
notre environnement

 

Les ambitions relatives aux consommations d’énergies et aux émissions de gaz à effet de serre ne suffisent pas à construire un Plan Climat. Elles doivent être complétées par des actions, probablement moins faciles à quantifier, destinées à préserver notre environnement.

 

Améliorer
le confort intérieur

Réduire la pollution de l'air

La pollution de l’air intérieur a principalement pour origine le logement lui-même : composés organiques volatiles issus du mobilier, des produits d’entretiens, produits de combustion (cigarettes, bougies, encens…), moisissures en cas de ventilation insuffisante du logement. La plupart de ces polluants peuvent être évacués simplement par une ventilation adaptée, qu’elle soit naturelle ou mécanique.

Elogie-Siemp élaborera un plan ventilation afin de mettre à niveau l’ensemble des logements. Il sera précédé d’une étude du patrimoine, qui permettra de définir un calendrier  de généralisation des ventilations et de vérification de leur efficacité (avec la mise en oeuvre d’un engagement de performance avec les exploitants des installations).

 
picto_coeur

Nos principales actions

Notre environnement privatif
DANS LES LOGEMENTS :

  • Améliorer la qualité des environnements intérieurs en limitant les polluants.
  • Poursuivre notre démarche de précaution par rapport à l’amiante & le plomb.
  • Veiller à la qualité de l’air en fin de chantier.
  • Protéger contre les bruits (extérieur, intérieur, équipements…).

AMÉLIORER LA QUALITÉ DES ENVIRONNEMENTS INTÉRIEURS

L’information des locataires sur les polluants intérieurs liés aux produits de consommation sera renforcée.

Une partie de la qualité de l’air intérieur peut être améliorée par des mesures techniques. Elogie-Siemp développera l’emploi de matériaux perspirants dans les opérations de réhabilitation comme de construction, qui, en améliorant la gestion de l’humidité dans les logements, permettent d’éviter les problèmes de condensation ou de moisissures.
L’expérimentation en cours sur la correction thermique des parois dans les logements réhabilités en milieu occupés, notamment dans les HBM, sera poursuivie (et alimentera les études de l’APUR): dans ces logements, où l’isolation par l’extérieur est limitée par la nécessaire préservation du patrimoine architectural, le défi consiste à trouver des solutions pour améliorer le confort thermique lié aux parois froides, sans réduire les surfaces intérieures des pièces.

Gérer la présence de l'amiante et du plomb

 

Ces deux polluants sont présents dans une partie du parc, celui construit avant 1997 pour l’amiante et celui construit avant 1948 pour le plomb. Elogie-Siemp est engagée depuis longtemps dans la protection vis-à-vis du plomb et de l’amiante : elle réalise les diagnostics nécessaires et travaille, lors de chaque intervention technique et de chaque réhabilitation, à la mise en sécurité des logements.

 

L’objectif est de traiter ces matériaux dès qu’il y a des travaux, par leur retrait quand c’est possible, et par leur encloisonnement ou leur encapsulage, dans le respect de la santé des travailleurs appelés à intervenir sur ces chantiers.

LIMITER LES POLLUTIONS LIÉES AUX TRAVAUX

Afin de lutter contre les pollutions issues des matériaux neufs utilisés dans les constructions ou les réhabilitations, Elogie-Siemp renforcera ses exigences dans les cahiers des charges :

Recherche de matériaux peu polluants (en lien avec la démarche évoquée plus haut sur les matériaux bas-carbone ou biosourcés),

Demande d’étiquettes A+ sur l’ensemble des matériaux intérieurs (peintures, revêtements de sols…) pour réduire les émissions de Composés Organiques Volatiles des matériaux de construction dans les logements,
 
Mise en place de phases de surventilation des logements après les travaux.

Protéger contre le bruit

Une cartographie des bâtiments situés à proximités des infrastructures de transports sera établie, afin d’identifier les logements les plus exposés au bruit de la circulation et de s’assurer qu’ils disposent d’entrées d’air acoustiques fonctionnelles.

Elogie-Siemp poursuivra sa politique de remplacement des menuiseries extérieures avec l’objectif d’éradiquer le simple vitrage pour apporter une amélioration acoustique et thermique, autant que possible avant 2030 (dans certains immeubles anciens, les questions patrimoniales peuvent cependant être un obstacle à la mise en place du double vitrage).

S’agissant du bruit intérieur, lors des réhabilitations globales, Elogie-Siemp veillera à retenir des menuiseries extérieures adaptées dans une approche globale et équilibrée : les menuiseries extérieures trop performantes augmentent la perception des bruits intérieurs.

Enfin Elogie-Siemp continuera d’accompagner les personnes souffrant d’hyperacousie, pour lesquelles le traitement technique du bruit ne suffit pas, en les orientant vers des dispositifs adéquats.

Pollution des sols

Parce que les sols urbains ont connu de multiples occupations, ils peuvent avoir été contaminés au cours de leur histoire.

Elogie-Siemp mesurera la qualité des sols et étudiera leur pollution au moment de la création d’espaces destinés au jardinage.

Maîtriser
la consommation d'eau

Notre effort pour le climat et la protection de notre environnement ne s’arrête pas sur le seuil de nos logements ou de nos immeubles.

RÉDUIRE LA CONSOMMATION D'EAU POTABLE

À 100 litres par jour et par habitant

La consommation moyenne d’un habitant parisien est aujourd’hui d’environ 120 litres par jour et par personne contre 150 litres pour la moyenne nationale. Cette eau a été prélevée dans les milieux naturels et rendue potable grâce à de lourds traitements.

Elogie-Siemp se fixe pour objectif collectif de réduire ces usages de l’eau potable à 100 litres par habitant et par jour et prévoit pour cela de déployer plusieurs moyens.

L’installation d’équipements hydro-économes (limiteurs de débits, mousseurs, chasses d’eau à double débit…) sera poursuivie en veillant au suivi du vieillissement, à l’entretien et au remplacement de ces équipements pour maintenir leurs performances.

La réduction du nombre de baignoires sera accélérée : un bain consomme 2 à 4 fois plus d’eau qu’une douche (en fonction de la durée de la douche) ! La politique de remplacement des baignoires par des douches pour les locataires qui le demandent pour des raisons d’accessibilité sera poursuivie et la pose de baignoires dans les logements neufs sera limitée, dans un premier temps, au logements T4 ou plus.

 

FAIRE DE NOTRE PATRIMOINE UNE RÉFÉRENCE
EN MATIÈRE D’ÉCONOMIES D’EAU

Donner aux locataires les moyens de réduire leur consommation d’eau.
 

Pour permettre aux habitants de mieux maîtriser leur consommation, il conviendra de développer un service de suivi de consommation d’eau : alerte fuites par SMS, information périodique sur les comptages individuels et comparaison avec les moyennes… Elogie-Siemp étudiera la possibilité de promouvoir les plateformes de groupement d’achat pour des équipements électro-ménagers plus économes afin que les locataires puissent accéder, pour un coût maîtrisé, aux équipements les moins consommateurs d’eau et d’électricité.

TESTER L'EAU NON POTABLE

Pour les usages non sanitaires des parties communes puis des logements (opération PILOT pour 2030).
 

Elogie-Siemp étudiera la possibilité de développer l’usage du réseau d’eau non potable de la Ville de Paris pour les usages qui s’y prêtent (arrosage, nettoyage des parties communes…). Elle s’efforcera de mettre en oeuvre une opération pilote qui permettra un retour d’expériences indispensable à sa généralisation.

INTÉGRER DANS LA MESURE DU POSSIBLE
UN SYSTÈME DE RÉCUPÉRATION D’EAU DE PLUIE
SUR CHAQUE RÉSIDENCE

Elogie-Siemp intégrera dans ses programmes de construction et de réhabilitation un volet relatif au réemploi de l’eau de pluie destinée à l’arrosage des espaces verts et au nettoyage des parties communes.

Le cahier des prescriptions devra être mis à jour afin d’encourager les espaces de stockage destinés à faciliter la disponibilité de l’eau et éviter la mise en place de pompes de relevage…

Les sites disposant d’anciennes cuves à fioul devront être recensés afin d’envisager de les transformer progressivement en réservoir d’eau de pluie.

picto_proteger2

Nos principales actions

Un lien entre nos logements et notre écosystème LE CYCLE DE L’EAU :

  • Viser une consommation d’eau à 100 litres par jour et par habitant.
  • Faire du patrimoine d’Elogie-Siemp une référence en matière d’économies d’eau : donner aux locataires les moyens de réduire leur consommation d’eau potable.
  • Tester l’eau non potable pour les usages non sanitaires des parties communes, puis dans les logements (opération pilote pour 2030).

Encourager
la biodiversité

Développer un permis de jardiner

La végétalisation du patrimoine d’Elogie-Siemp ne doit pas être une démarche simplement verticale, mais l’occasion d’encourager et d’accompagner les locataires désireux de s’impliquer. Un dispositif de « permis de jardiner » dans chaque résidence où un espace de terre végétale accessible est disponible et des appels à « adopter » des espaces à jardiner sur les sites qu’Elogie-Siemp aura recensés seront mis en place.

Ce cadre permettra de définir des engagements mutuels entre locataires-jardiniers et bailleur, sur les méthodes de culture et sur les bonnes pratiques (zéro phyto, arrosages raisonnés…) pour :

Permettre la pérennité de ce système.
Définir un nouveau modèle de jardin ouvrier.

VISER LE PLUS HAUT NIVEAU DE QUALITÉ
DE VÉGÉTALISATION ET DE PERMÉABILITÉ

Pour créer des espaces à fort pouvoir d’accueil de biodiversité.
 

La végétalisation du patrimoine ne peut répondre à la seule logique d’espaces verts décoratifs, mais doit prendre en compte les services écosystémiques que peuvent rendre ces espaces, artificiels par nature : pour la vie terrestre (refuges, ressources alimentaires pour la faune…) ou pour les microclimats urbains (infiltration des eaux pluviales, évapotranspiration).

La plantation d’espèces endémiques ou locales, mieux adaptées au climat et à la faune sauvage régionale, sera encouragée et le cahier des recommandations conceptuelles sera complété afin d’encadrer la création des nouveaux espaces extérieurs.

Un état des lieux du potentiel de re-végétalisation du patrimoine et de développement des surfaces perméables sera réalisé afin de planifier cette « reconquête » végétale des pieds d’immeubles et des pignons.

L’objectif d’Elogie-Siemp est que 100% des espaces verts soient entretenus selon des pratiques favorables à la création et au développement de la biodiversité

Il conviendra d’échanger et de communiquer avec les locataires concernés sur ces nouvelles modalités d’entretien des espaces verts : choix des espaces traités en zones d’agrément ou en zone d’accueil de la biodiversité, rythme des fauchages…

La végétalisation des toitures lors des travaux de réfection d‘étanchéité sera prévue. Elle permet en effet de ralentir le cycle de l’eau, de favoriser l’évapotranspiration des plantes, qui ont un rôle d’amortissement dans l’ilot de chaleur urbain, et de limiter les risques de débordement des égouts dans la Seine lors des épisodes pluvieux.

Elogie-Siemp s’engage déjà avec la signature du contrat Eau et Climat avec la Ville de Paris et l’Agence de l’Eau Seine Normandie. Ces actions s’inscrivent également dans le cadre du Plan Paris-Pluie, déclinaison thématique du Plan Climat, Air, Energie Parisien.

Il s’agira également de :

  • Développer cette politique et l’intégrer dans les futurs marchés en 2022
  • Améliorer et faire reconnaître par les locataires la gestion de la biodiversité sur les résidences ;
  • Expérimenter l’intégration d’un label en faveur de la biodiversité.

Elogie-Siemp s’engage à réduire les pollutions lumineuses, perturbatrices pour la biodiversité et pour les habitants. Elle rationalisera l’éclairage des pieds d’immeubles : puissances lumineuses, nombre de sources et propagation, programmation…

Il conviendra de mettre au point d’ici 2025 les indicateurs adaptés pour suivre l’évolution de la biodiversité sur le patrimoine.

picto_proteger3

Nos principales actions

Notre environnement au sens plus large
LA BIODIVERSITE :

  • Développer un permis de jardiner pour nos locataires.
  • Aller vers des espaces verts résilients et à fort pouvoir d’accueil de biodiversité (végétale et animale), complémentaires à la végétalisation de l’espace public.
  • Limiter la pollution lumineuse.
  • Réactualiser notre cahier des charges espaces verts et prévoir un accompagnement locataires sur les changements d’habitudes d’entretien.
  • Assurer 100% de nos espaces verts entretenus selon des pratiques favorables à la création et au développement de la biodiversité (dont Zéro Phyto).